Le Blog

LE STATUT DE LA MICRO-ENTREPRISE POUR LES THÉRAPEUTES

Le statut de la Micro-Entreprise pour les thérapeutes

Salut les thérapeutes libéraux !

Cet article est le premier d’une série de trois articles consacrés aux deux principaux statuts qui s’offrent aux professionnels du soin en activité libéral. Ce premier article (1/3) présente le statut de Micro-Entrepreneur, le second article (2/3) aborde le statut Réel Simplifié et le troisième et dernier article (3/3) est un comparatif à court et long terme de ces deux possibilités.

Malgré tous nos efforts, il se pourrait que des éléments subjectifs persistent parmi les faits objectifs de cet article… Nous espérons que les ficelles de nos sarcasmes seront suffisamment visibles pour être repérées et prêter à sourire.

 

De l’Auto-Entrepreneur à la Micro-Entreprise

Le statut de « l’auto-entrepreneur » à été lancé le premier janvier 2009. Au départ, il s’agissait d’une réelle révolution dans le paysage entrepreneurial et administratif français puisqu’il amenait une chose inédite en France : la simplicité.

Après des durcissements puis des assouplissements divers et variés, ce statut sera rebaptisé « Micro-Entreprise » ou statut du « Micro-Entrepreneur » depuis le premier Janvier 2018. Malgré cela, le terme d’auto-entrepreneur reste encore de nos jours le plus utilisé.

C’est le gouvernement Macron qui décide d’assouplir ce statut notamment en doublant le plafond et en le faisant passer de 33 200 € à 70 000 € ! Génial ! De même que maintenant, vous devez dépasser ce plafond deux années de suite avant de devoir passer au régime Réel Simplifié (source).
Vraiment trop aimable !

Le Micro-Entrepreneur n’a pas non plus obligation d’avoir recours à un expert comptable… C’est à dire qu’il n’a pas obligation à être aidé ou conseillé par un expert de la comptabilité, de la gestion de trésorerie, de la fiscalité et de son optimisation.
Mais là, c’est soit trop aimable, soit un peu louche non ? Pourquoi donner l’opportunité à des entrepreneurs, des professionnels qui travaillent seuls, de n’être ni conseillés, ni orientés vers les meilleurs choix pour la pérennité de leur entreprise ?…


Un seul mot d’ordre : SIMPLICITÉ !

Bien ! Simple, simple, simple ! Mais nous sommes est en France non ? Vous ne trouvez pas ça bizarre ? Il est plus difficile de faire une lettre avec accusé de réception à la poste que de déclarer une entreprise ? En France ?!?!

En tant que professionnel libéral, vous n’êtes pas soumis à la TVA (identique selon les statuts). 

Lors de la déclaration il y a un règlement simplifié des cotisations et contributions sociales avec un paiement mensuel ou trimestriel, selon le choix du professionnel.

Il en est de même pour le prélèvement forfaitaire de l’impôt (mensuel ou trimestriel). Ce qui est très pratique, le micro-entrepreneur sait exactement ce qu’il a en trésorerie à la fin du mois ou du trimestre.

 

Obligations, Avantages et Inconvénients du statut Micro-Entreprise

Obligations :

      • Tenir un livre des recettes 
      • Conserver toutes les pièces justificatives 
      • Le cas échéant, tenir un registre récapitulatif des achats
      • Avoir un compte bancaire exclusivement dédié à l’activité professionnelle
      • Les auto-entrepreneurs utilisant un véhicule dans le cadre de leur activité sont tenus de souscrire à une assurance responsabilité civile pour leur véhicule.
      • Affiliation obligatoire à la Sécurité Sociale des Indépendants (SSI) (ex RSI)
      • TAUX DES CHARGES SOCIALES : 22% du Chiffre d’Affaire
      • IMPOSITION : 2,2%
      • Contribution Formation Professionnelle : 0,2%

AVANTAGES :

      • 34% d’abattement forfaitaire sur l’imposition
      • Simplicité
      • Simplicité
      • Simplicité

INCONVENIENTS :

      • Pas de couverture SPÉCIFIQUE pour les accidents de travail car n’y cotisent pas.
      • Seuil minimal à atteindre pour cotiser à la retraite
      • Pas d’exonération possible à la Cotisation Foncière des Entreprises (hormis la première année bien sûr)
      • Toutes cotisations « complémentaires » à la charge intégrale de l’entrepreneur
      • Le matériel de tests, d’installation, ordinateur, téléphone, etc… à la charge exclusive du professionnel
      • Pas d’assurance chômage en cas de cessation d’activité sauf si bien sûr il prend une assurance privée couvrant la perte d’emploi (à la charge exclusive du professionnel)
      • Le statut d’auto-entrepreneur ne permet pas de créer une structure juridique différenciée de la personne du micro-entrepreneur. Vous engagez donc votre patrimoine personnel

Ça fait drôlement envie !

Rendez-vous sur le second volet de ce triptyque en cliquant ICI.

Jérémie pour
InstaLib.fr, le site qui propulse votre activité libérale à plein régime !

Vous souhaitez vraiment réussir votre installation ou optimiser votre activité libérale ?

Procurez-vous le tout premier guide pour professionnels du soin exerçants en libéral !

Cliquez sur l’image !