Le Blog

domenico-loia-hGV2TfOh0ns-unsplash

Article initialement rédigé pour le site https://monpsy.psychologies.com/
Nous vous le copions ici

Crédit photo : Domenico Loia

La pratique clinique à distance est une corde de plus que vous devez pouvoir facilement ajouter à votre arc de thérapeute.
Il convient de respecter certaines règles qui donnent un cadre sécurisant aussi bien pour le professionnel que pour la personne qui le consulte. Rien de complexe mais cela nécessite une rigueur toute aussi importante que votre pratique en cabinet.

Si votre cadre est suffisamment clair, même les personnes qui au départ pouvaient se dire réfractaires à ce genre de procédé, se sentiront suffisamment étayées pour s’y sentir bien et investir cette pratique.

Les conseils apportés ici proviennent principalement des ouvrages de Frédéric Tordo et Elisabeth Darchis, « La cure analytique à distance : Skype sur le divan » et de Lise Haddouk, « L’entretien clinique à distance : Manuel de visioconsultation » ainsi que de mon expérience personnelle en tant que clinicien en ligne depuis 2013.

Tâchons, dans un premier temps, de nous poser les bonnes questions avant de définir une première base de cadre :

Est-ce possible ou bon pour tous les patients ?

  • Comme tout processus thérapeutique, il convient au professionnel de déterminer lors des entretiens préalable qu’il n’y ai pas de de contre indication à ce type de pratique.
  • Dans la mesure du possible, si les consultations doivent durer, il est important de se rencontrer au moins une fois en présentiel.
  • Si les consultation sont en continuité d’un suivi classique (déménagement, expatriation, maladie, etc.) la continuité de soin avec une personne connue et ressource est même très avantageux.

Quel est l’équipement nécessaire ? 

Dans l’idéal, vous devriez avoir un ordinateur, une webcam, un casque audio, un micro, une box internet haut débit.
Cette configuration optimale va vous permettre de limiter les problèmes techniques qui sont à proscrire au maximum afin de ne pas interférer avec le contenu de la consultation en cours.
Gardez toujours à l’esprit que le plus important sera toujours d’avoir un son de qualité, non hachuré, car c’est de cela que nous avons besoin en premier lieu pour travailler et non une image haute définition.

Le strict minimum : Un smartphone, un trépied, des écouteurs, de la 4G en illimité.

Un ordinateur et une webcam sont stables. Un smartphone doit être posé de façon à ce qu’il ne bouge pas sans cesse (d’où la nécessité d’un petit trépied). Avec l’expérience, vous verrez que vos patients qui font de la visio avec leur smartphone bougent sans cesse et c’est très désagréable. Ne leur infligez pas cela.
Des écouters sont aussi très important car si la personne qui consulte ne procure pas un bon son, vous devez mettre toutes les chances de votre côté pour bien l’entendre.
Enfin, la 4G en illimité car il ne s’agit pas que votre connexion ne supporte pas suffisamment le besoin de données ou ne coupe en pleine consultation.

Quelle différence pour VOTRE pratique ?

Dans les faits, cela ne change pas grand chose. Il est fortement conseillé de maintenir son lieu de consultation habituel et horaires habituelles. Il ne s’agit donc surtout pas de « ramener du travail à la maison ».

Par expérience, je ne pense pas qu’il soit judicieux de diminuer le temps et/ou le tarif de ces séances. Le message envoyé à vos patients serait que les consultations à distance sont des consultations au rabais. Ce qui est faux. On ne fait pas payer son temps ou sa présence. Nous faisons payer notre expertise et notre qualité d’attention.

Vous devez prendre en compte cette spécificité de la télé-consultation mais que cela ne bouscule pas votre pratique et vos compétences.

Quel cadre donner ?

Et que devez vous exiger pour le bon fonctionnement des séances ?

 

  • Privilégiez (mais pas une obligation) d’exposer votre cadre en amont par mail ou téléphone. 
  • Soyez dans votre cabinet et non pas un environnement changeant.
  • Comme au cabinet, vous « ouvrez » et « fermez » les séances. C’est donc vous qui appelez et raccrochez.
  • Rappelez à vos patients (et à vous même) que dans ce cadre, la ponctualité est fondamentale.
  • Demandez le nom du médecin traitant et sa ville d’exercice afin d’avoir une possibilité de soutien et de lien pour le patient dans son réel si nécessaire. (Cela s’est avéré très utile pour ma part lors d’une décompensation d’un patient qui vivait à 400km, son médecin traitant m’a été d’une très grande aide)
  • Vous devez exiger deux choses de vos patients : Être dans un endroit calme où personne ne peut entendre les échanges de la consultation ; pouvoir maintenir ce calme et cette confidentialité pendant toute la durée de la rencontre.
  • Depuis le 25 mai 2018, nous sommes toutes et tous soumis à la loi du Règlement Général de la Protection des Données (RGPD) – (Cf. module de formation InstaLib sur le RGPD). Dans ce sens, vous devez assurer la protection des données et de la vie privée « dans toute forme de télécommunications ».
  • Vous n’avez pas le droit de demander à ce que vos séances soient réglées en avance. Le règlement des consultations s’effectue après chaque consultation par envoi postal (déconseillé) ; virement SEPA ; paiement « Paylib » (envoi et réception d’argent via un numéro de portable – se renseigner auprès de votre banque) ; bitcoin ; etc.
  • Vos obligations en matière comptable sont les mêmes que pour votre pratique habituelle en cabinet.
  • Il est conseillé d’envoyer par voie numérique, après chaque séance, une facture numéroté afin de faire valoir le règlement de vos séance et limiter les possibles litiges.
  • Pensez à toujours bien convenir du prochain rendez-vous à la fin de la séance et de rappeler en toute fin que le règlement doit vous être émis. Il est important d’inscrire la continuité du suivi dans le langage et rappeler que votre travail demande rétribution.

Voici donc une base de ce qu’est la pratique clinique à distance. Comme toute base, vous devez la complexifier et l’adapter à votre pratique personnelle. Je vous conseille à nouveau l’approfondissement de cette pratique à distance par la lecture des ouvrages déjà cités : « La cure analytique à distance : Skype sur le divan » de Frédéric Tordo et Elisabeth Darchis ainsi que « L’entretien clinique à distance : Manuel de visioconsultation » de Lise Haddouk.

Pour conclure, je souhaite ici retranscrire une hypothèse forte intéressante de Frédéric Tordo (2020) quant à l’éventuelle fatigue passagère que peuvent rencontrer certains psychologues qui débutent ce type d’exercice :

« […] Votre cerveau simule sans cesse les univers dans lesquels il se trouve. C’est même sa principale activité de représentation : la simulation mentale. Qu’est-ce qu’il simule : ce qu’il voit mais aussi ce qu’il ne voit pas. Et sans doute même qu’il simule ce qu’il voit pour se préparer à la situation de ce qu’il ne voit pas. Un exemple : votre cerveau simule votre corps tout entier quand il bouge, ou quand vous ressentez, pour en garder une trace sous la forme de multiples représentations mentales. Le schéma corporel, en ce sens, est une simulation du corps à l’intérieur du cerveau ; il en est une reproduction virtuelle. Autrement dit, que vous bougiez ou non, que vous ressentiez ou non, votre corps existe dans votre cerveau. Revenons maintenant à la situation de consultation en ligne (Skype ou téléphone, par exemple). Quel est votre référentiel ? Le physique dans la relation à l’autre. Qu’est-ce que votre cerveau doit alors simuler ? Ce même physique, mais en son absence. Toutes les sensations et conduites physiques sont réactualisées, par la simulation, dans l’immersion numérique ou téléphonique. De plus : votre cerveau doit exercer un effort supplémentaire dans la mesure où il doit redresser, pour simuler la présence du patient et votre présence au patient, les données du corps qu’il ne retrouve pas à l’état habituel, par exemple : le regard est un regard de biais sur Skype (décalage entre l’image filmée et l’image regardée), ou encore la voix est numérique en ligne. Bref, non seulement votre cerveau doit simuler la relation physique en son absence – et créer alors un sentiment de présence dans l’absence – mais il doit également inventer de nouvelles représentations compte-tenu des propriétés singulières de la technique. Lorsque votre cerveau sera habitué à cette simulation, et donc que vous aurez internalisé la technologie (comme faisant partie de votre corps propre, et du corps de l’autre), vous vous fatiguerez moins, pas beaucoup plus (avec des écarts individuels qui peuvent être notables) que lorsque vous consultez physiquement. Frédėric Tordo. »

Jérémie pour
InstaLib.fr, le site qui propulse votre activité libérale à plein régime !

Vous souhaitez vraiment réussir votre installation ou optimiser votre activité libérale ?

Procurez-vous le tout premier guide pour professionnels du soin exerçants en libéral !

Cliquez sur l’image !

 

 

  

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.