Le Blog

Assumer ses tarifs et se faire payer

Il existe une chose très compliquée pour les thérapeutes en libéral… Qu’ils soient ostéopathes, psychologues, hypnothérapeutes, kinésiologues ou autre, une difficulté revient sans cesse pour tous : Assumer de demander une rémunération en contre partie d’un service.

C’est vraiment extrêmement récurrent et il est probable que vous aussi qui lisez ces lignes, soyez dans la même situation. Prenons quelques minutes ensemble pour voir pourquoi ce genre de difficulté existe, pourquoi c’est si fréquent et surtout, voyons pourquoi vous devez vous libérer une bonne fois pour toute de cette problématique… INUTILE.

Tout d’abord, le « rapport à l’argent« .

En France – et ce n’est clairement pas pareil pour d’autres pays – le rapport à l’argent est très négatif.
L’argent « c’est sale« , « c’est tabou« … Il y a un véritable complexe par rapport à l’argent. Pire ! Si en plus il est question de richesse des uns ou d’enrichissement des autres !

Le souci s’accentue lorsque l’on a affaire aux professionnels du soin pour la simple et bonne raison que ce sont majoritairement des personnes qui sont altruistes, empathiques et surtout qui ont choisi leur activité par vocation. Donc demander de l’argent, quand on aime son métier, quand on vient en aide à autrui, qu’on le soulage

Et cela non plus ce n’est pas acquis : pouvoir gagner sa vie dans une activité plaisante, que l’on aime faire. Le travail est souvent relié à l’idée que ce doit être dur, difficile et que l’on gagne sa vie « difficilement« , « à la sueur de son front« … N’oublions pas que l’on a également le droit de gagner sa vie dans une activité épanouissante ! Il ne manquerai plus que ça !!!

Donc voilà déjà un aspect fondamental de se problème qui se pose au thérapeute en libéral par rapport au fait de fixer un prix à ses consultations et de demander de l’argent à une personne à qui il vient en aide : C’est SON problème ! Ce n’est pas souvent le problème du patient (sauf en cas de réel problème avec l’argent ce qui arrive aussi en séance).

La barrière psychologique face au fait de demander une rémunération est souvent le problème du thérapeute, pas de quelqu’un d’autre !
Est-ce que vous vous posez la question lorsque c’est vous qui consultez un professionnel de soin ? Lorsque vous êtes en position de patient (ou client) ?
Est-ce que vous ne trouvez pas ça normal de payer lorsque vous vous rendez chez une consoeur ou un confrère ?

Vous devez peut-être cesser de recourir au syndrome de l’imposteur et accepter que vos patients trouvent normal de vous rémunérer pour votre expertise et action concrète à leur égard.
Oui, une ACTION CONCRÈTE ! Car le fait que vous interveniez pour apporter du mieux être, faire taire une douleur, cesser un comportement ou rééduquer une fonction est un acte concret de votre part !

Souvent les thérapeutes peuvent avoir des difficultés dans l’acte de se faire payer parce qu’ils ont le sentiment de ne pas apporter une valeur palpable… Pardonnez-moi mais en intervenant sur un traumatisme x ou y, en changeant un comportement ou des pensées, rappelez-vous toujours que la valeur que vous apportez à ces personnes est bien supérieure à tout autre bien matériel qui s’achète pourtant des fortunes (TV, iPhone, vêtements, etc.).

Vous apportez une valeur immense en tant que thérapeute ! Acceptez-le !

De même, il m’est arrivé d’entendre que les thérapeutes (et en particulier les « psys ») « s’engraissent sur le malheur des autres« …
Cela est caractéristique du problème face à l’argent cité plus haut. Pour ma part, je préfère penser qu’en tant que psy, je gagne ma vie honnêtement en apportant de l’aide et beaucoup de valeurs aux gens qui me consultent. Vous voyez la différence ?

Leur paiement est le vecteur par lequel mes patients signifient qu’ils ne me sont pas redevable. Que nous sommes quittes.
Je ne les sauve pas. Je les aide à trouver un chemin qui leur convient, ils me rétribuent pour cela.
Rien de plus.

Enfin, prenez le temps de regarder le prix moyens des autres professions qui rendent un service, comme on pourrait le penser de notre activité de thérapeute qui s’apparente à un service.

Prenons quelques points de comparaison (seulement sur l’aspect financier et non sur la prétendue valeur d’une activité) :
– Prix moyen chez un coiffeur en France : 32,92€
– Prix moyen du taux horaire d’un garagiste en France : 62,43€
– Prix d’une consultation de médecin traitant adulte = 25€ – Consultation pour enfant jusqu’à 6 ans = 30€ en France

Étonnant non ? Sur les trois exemples que j’ai choisi de citer, la « prestation » la moins chère est celle du médecin !
Pensez-vous que le garagiste s’en veuille ? Pensez-vous que votre coiffeuse aurait des scrupules à vous faire payer après votre coupe ?

N’oubliez jamais que de très nombreux coiffeurs aiment leur métier, des tas de garagistes sont passionnés par leur activité et les médecins font se métier comme vous et moi par vocation.
Donc vous n’avez pas à rougir de réclamer votre dû ! Votre compétence, votre expertise, votre savoir faire et votre éthique ont un prix, OUI !

Penser que les choses qui apportent du bien aux autres serait ou devrait être gratuit est davantage un amalgame entre le cercle privé familial ou amical (là où les choses sont gratuites, de gaité de coeur) et le cercle professionnel où chaque compétence, bien ou service se paye.

Affirmez-vous ! Assumez un tarif qui rend compte de la valeur que vous apportez à chaque personne !

Jérémie pour
InstaLib.fr, le site qui propulse votre activité libérale à plein régime !

Vous souhaitez vraiment réussir votre installation ou optimiser votre activité libérale ?

Cliquez sur l’image !

Procurez-vous le tout premier guide pour professionnels du soin exerçants en libéral !