En finir avec le syndrome de l’imposteur !

En finir avec le syndrome de l’imposteur !

Connaissez-vous le syndrome de l'imposteur ? Bien sûr que oui ! En tant que thérapeute, vous le connaissez forcément.

Peut-être pas par la définition du dictionnaire mais par un vécu qui vous traverse et vous hante régulièrement en vous empêchant d'accomplir sereinement ce dont vous êtes capable dans votre vie professionnelle.

Pour définir le syndrome de l'imposteur, disons que ce sont des professionnels qui rejettent plus ou moins systématiquement le mérite lié à leur travail et attribuent le succès de leurs entreprises à des facteurs externes (la chance, un travail acharné, leurs relations, des circonstances particulières). Elles se perçoivent souvent comme des dupeurs-nés qui abusent leurs collègues, leurs amis, leurs supérieurs et s'attendent à être démasquées d'un jour à l'autre. (Wikipedia)
Enfin, le fait qu'un jour "LE MONDE" se rende compte de la "supercherie" fait angoisse au professionnel.

En psychologie sociale, nous appelons cela une "erreur fondamentale d'attribution" qui consiste à sous-évaluer les facteurs interne et sur-évaluer les facteurs externes.
Vous comprenez alors que cela à donc un lien avec l'estime de soi - professionnelle !

En préambule, nous disions qu'en tant que thérapeute, vous connaissez forcément ce syndrome... C'est parce que nous pensons qu'il est nécessaire dans un premier temps de le ressentir car il témoigne d'un doute, d'une remise en question nécessaire à tout bon professionnel.

Quel que soit le corps de métier dans lequel vous êtes (psychologue, ostéopathe, hypnothérapeute, psychomotricien, ...) en tant que thérapeute, croire trop en soi est une faute avant d'être un avantage. Garder une part de doute est utile et nécessaire, dans la limite du raisonnable. Sinon, à l'opposé, nous risquons de tomber dans l'effet Dunning-Kruger !


L’effet Dunning-Kruger, est un biais cognitif selon lequel les moins qualifiés dans un domaine surestiment leur compétence. Dunning et Kruger attribuent ce biais à une difficulté métacognitive des personnes non qualifiées qui les empêche de reconnaître exactement leur incompétence et d’évaluer leurs réelles capacités. 

wikipedia

C'est là le problème du syndrome de l'imposteur : c'est quantitativement et qualitativement un doute trop stressant, oppressant et qui fait barrière aux véritables compétences du professionnel.

Maintenant que nous avons défini le syndrome de l'imposteur ainsi que sa nécessaire présence en filigrane pour ne pas finir du côté de l'effet Dunning-Kruger, voyons ce dont le thérapeute doit prendre conscience, se dire et se rappeler pour dépasser ce phénomène et s'épanouir professionnellement :

  • VOUS NE SAUREZ JAMAIS TOUT !
    Acceptez-le ! Vous aurez toujours des lacunes, mais en avoir conscience permet de se mettre au travail et progresser. Lorsque l'on est fraichement diplômé(e), on se rend bien compte que l'on ne connait au final pas grand chose... Oui ! Mais vous en savez assez ! Sinon, vous n'auriez pas eu votre certification, diplôme ou titre. Rappelez-vous que vos pairs vous ont considéré apte et capable, ne remettez pas en question leur vision de vos compétences.
  • OBLIGATION DE MOYEN n'est pas OBLIGATION DE RÉSULTAT
    Vous devez, en votre âme et conscience, faire tout ce qui est en votre capacité pour atteindre un objectif. Pas l'atteindre obligatoirement.
    N'oubliez pas que parfois, certaines personnes font capoter une thérapie, un soin, une méthode et ce, pour des raisons qui n'ont rien à voir avec vous. Tous les professionnels sont passés, passent et passeront par là. La réussite dépend de nombreux facteurs, pas seulement de vous.
  • FACTEURS INTERNES ET FACTEURS EXTERNES
    Comme expliqué plus haut, vous ne pouvez pas attribuer les réussites seulement à des facteurs externes. De même, les échecs ne sont pas uniquement de votre fait.
    Prendre conscience de ce qui a pu faire fonctionner une prise en charge thérapeutique et ce qui la met en échec est un savant mélange de facteurs personnels et extérieurs. Prendre conscience de façon objective de ces situations permet de renforcer ce qui fonctionne et éviter la répétition de ce qui nous met des bâtons dans les roues. Ce genre d'analyse est fondamental pour perdurer et s'améliorer sur le long terme.
  • FUYEZ LA PERFECTION (PROFESSIONNELLE) !
    Il est évident qu'un manque de confiance en soi sur le plan personnel est un terreau propice à l'expression d'un syndrome de l'imposteur. Pour autant, cessez de vouloir être le/la professionnel(le) parfait(e) !
    L'image idéalisée que vous avez du parfait petit thérapeute est une boussole pour vous aiguiller sur votre chemin professionnel, pas une fin en soi, ni un objectif persécuteur. Un professionnel fait des erreurs. C'est à prendre où à laisser pour vos patients / clients. Nous ne devons en aucun cas croire au professionnel tout puissant et infaillible. Que l'on soit le soignant ou le soigné.
  • PAS DE CULPABILITÉ FACE AU PLAISIR !
    Voici une chose que je constate régulièrement dans mon métier de psychologue et qui me semble être très "franco-français" : Prendre du plaisir dans son métier serait louche. Beaucoup de personnes culpabilisent de prendre du plaisir dans leur travail et fantasment le fait que le travail devrait être dur, épuisant, fastidieux, etc.
    Dans la même veine, nous auront les professionnels qui culpabilisent à faire payer leurs prestations. "Je ne peux pas faire payer ce prix, je ne fais pas grand chose et en plus j'aime ça..."
    Le fait de se faire plaisir dans son travail, aimer le faire, faire de son mieux et même prendre du plaisir face à certaines difficulté ne doit pas vous faire minimiser vos compétences ou vos capacités. Ce sont deux choses distinctes.
    Attention : on peut s'épanouir dans un métier qui n'apporte rien aux autres ou vivre un calvaire dans une profession qui est extrêmement utile et nécessaire à la société.

    Si vous êtes thérapeute en libéral, il se pourrait donc que vous preniez du plaisir dans votre vocation et que cela aide grandement vos congénères... Souriez, ce n'est pas grave ! C'est pour cela que vous avez choisi l'exercice libéral !

Jérémie pour
InstaLib.fr, le site qui propulse votre activité libérale à plein régime !

Vous souhaitez vraiment réussir votre installation ou optimiser votre activité libérale ?

Procurez-vous le tout premier guide pour professionnels du soin exerçants en libéral !

Cliquez sur l’image !

No Comments

Post a Reply

« Comment devenir un professionnel de santé que l’on souhaite consulter ? »

Recevez immédiatement dans votre boîte mail notre nouveau cycle GRATUIT de 4 vidéos (Exclusivement dispensées par e-mail)

En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.

%d blogueurs aiment cette page :